Conseil de Direction

now browsing by category

 
Posted by: | Posted on: January 15, 2018

NEMOURS DAMAS EST PARTI CE SOIR POUR L’AU-DELA.

lIG POUVWA FANM VOUS ANNONCE LE DECES DE NOTRE TRESORIER SURVENU CE SOIR A L’HOPITAL ST FRANCOIS D’ASSISE. DAMAS, UN PATRIOTE CONSEQUENT NOUS A LAISSE APRES UNE MALADIE COURAGEUSEMENT SUPPORTEE. NOUS VOUS TIENDRONS AU COURANT DE LA DATE DE SES FUNERAILLES.
QUE LA LUMIERE DIVINE L’ACCOMPAGNE DANS SA NOUVELLE DEMEURE. PAIX A SON AME!

Posted by: | Posted on: October 27, 2017

REFLEKSYON KONSEY EKZEKITIF LIPOUFANM

REFLEKSYON KONSÈY EKZEKITIF LIPOUFANM
SOU LA VI MOUN CHAK JOU NAN PEYI D’AYITI.

Yon 26 octòb 1996, Lig Pouvwa Fanm te pran nesans nan sousi pou ranfòse lit pou dwa politik fanm respekte. Nou fè fas a tout difikilte batay la mande. Akonpaye medam yo nan kous eletoral, kòman pou yo rive pran yon post elektif. Nou kwè anpil nan fomansyon ak edikasyon, tankou nou toujou di l « KONESANS SE POUVWA, POUVWA FANM SE FOMASYON FANM»

Jounen jodia fas ak gwo danje sosyete a ekspoze nou ouvri chan aksyon nou pou nou bay pi plis priyorite ak fanmi. Vle pa vle n’ap toujou fè devwa nou ak sans moral. Paske nou se model ak limyè pou sila yo k’ap vini. Pote konsey ak pwopozisyon pou dirijan yo ak popilasyon an.

Pandan n’ap di Lig la bòn fèt pou ven e en (21) lane li gen sou tèt li, n’ap patajè yon ti refleksyon sou jan sitiyasyon an ye nan peyi d’Ayiti jodia.

Nou konstate avek lapenn ki jan ensekirite a ak enpinite ap taye banda pi red nan peyi a, pèsonn pa epaye menm polisye ki nan machin la polis ak tout inifòm li sou li ap naje nan san li anba bal bandi jan sa sot pase sou bisantnè a tou prè pakè Pòtoprens.

Se la jounen tankou lan nwit moun ap tande son katouch k’ap chante medsen san fwontyè ap resevwa ak tout lè moun ki blese ak bal.

Vyolans sou tout fòm. Swit a piblikasyon bidjè lwa finans 2017- 2018 la, sa fè gwo leve kanpe nan plisyè vil nan peyi a, tankou : Ench, Tigwav, Kay, Wanament ak Pòtoprens, kote moun blese, mouri, vit machin kwaze anba kout ròch, anpil machin boule, kelkeswa eta l, byen moun pa respekte e yo pa pwoteje.

Kriz andedan tribinal, la jistis peyi d’Ayiti ap mache kloutoup kloutap, gen plisyè mwa kote grefye ak jij nan tribinal yo te kanpe travay pou reklame meyè kondisyon travay ak pi bon salè. Sa ki ogmante moun andedan prizon pi plis, yo pase plis tan pou jwenn jij ki pou tande yo.

Depi lavey rewouvèti lekol otorite yo koupe yon branch nan wout ki desèvi moun ki abite e k’ap frekante gwan Sid la ak yon bon pati nan depatman Lwes peyi a.

Sa kreye yon blokis tèt chaje san nou pa bliye montay fatwa ke yo retire nan ravin bwadchenn nan. Soti kafou pou rive potay Leogan, pèsonn de fason egzat paka di w konbyen tan sa ka pran.

Pwoblèm sanitè a grav anpil, nou riske a tout jan de maladi, epidemi.

Ti krik ti krak grev nan lopital. Aparey pou moun ki malad nan ren ki anpàn. Malad yo ap mouri pa pil e pa pakèt, se dèy ak tristès k’ap di ayibobo.

Chak jou la vi a vin pi chè. A koz nou pa pwodwi jan nou te konn fè l lontan an. Ministè agrikilti ak anviwonman nou pa kon ki wol yo nan peyi a, si yo te gen bidjè nan men yo, gouvènmam an ta ka di se minis yo ki pa fè travay yo. Epi si palman an gen pi gwo bidjè ke yo? Epi timoun lekol ap etidye Ayiti peyi esansyelman agrikol. Sa a grav.

Koripsyon lan tout administrasyon leta a vinn pi grav. Nap mandé: eske se sa ki rele demokrasi lè yon sitwayen/èn pa ka jwen sevis lan leta ki la pou sevi.

Enpak pwoblèm sa yo gen gwo konsekans sou popilasyon an. Fenomèn moun k’ap andikape chak jou a koz de kriz tansyon. Aprè Madam Georges Michel fin sibi vyolans vèbal nan machin li nan men manifestan bidjè 2017-2018 la, ta pral fè yon AVC epi li mouri. Pèsonn pa responsab.

N’ap koube nou byen ba devan tout moun ki tonbe kite nou nan lit la. E n’ap salye fanm tankou gason ki rete konsekan, pandan n’ap mandè prezidan an, chef polis la ak tout lidè politik yo, pran responsabilite yo. Ann komanse pa chanje mantalite nou pou nou bay peyi sa a yon chans, souplé.

«Être responsable c’est subir soi-même les conséquences de ses actes» Pour répéter Pascal Salin.

Johanne G. Armand

Présidente

Posted by: | Posted on: October 26, 2017

POSITION POLITIQUE DE LIPOUFANM

A l’occasion du 21ème anniversaire de LIPOUFANM, ce 26 octobre 2017, nous vous invitons à lire un extrait du texte que nous avions publié l’année dernière, une façon de réitérer notre position sur la situation politique du pays:
Après vingt ans sur le terrain, nous constatons que le système de gouvernance actuel ne garantit pas la participation pleine et entière des femmes aux postes de leadership du pays.

Lig Pouvwa Fanm ne veut plus continuer à supporter ce système moribond qui n’a rien à voir avec la démocratie. Elle pense que tous les secteurs vitaux et actifs de la société doivent dire non à cette faillite totale du pays. Nous pouvons dire haut et fort qu’au niveau individuel toutes celles qui ont pris part à nos activités de formation sont pleinement satisfaites. Cependant, quant à l’accession aux postes électifs c’est l’échec total. Nous rejetons totalement à tous les niveaux la gestion de la République de Port-au-Prince, nous disons oui à l’autonomie pleine et entière des Départements.

Voir le document du 26 Octobre 2016 sur notre page de Face Book ou sur notre site www.ligpouvwafanm.org

Fait à Port-au-Prince, ce jeudi 26 Octobre 2017

Posted by: | Posted on: March 11, 2017

Nouveau Conseil de Direction De LIPOUFANM

Suite à notre reunion annuelle en date du 6 Mars 2017 Lig Pouvwa Fanm a le plaisir de vous faire part de l’établissement de son nouveau Conseil de Direction.
Ce conseil est composé des membres suivants:

Johanne G.Armand Présidente

Nemours Damas Trésorier

Ruth Pierre-Louis Secrétaire

Milaine Alexandre Conseillère Juridique

Marc Lionel Armand Conseiller Technique

Après consultation, les membres fondateurs actifs ont approuvés l’idée d’introduire le genre masculin au sein de l’Organisation. Ainsi deux membres sympathisants devoués à la cause des femmes ont été approuvés à l’unanimité par les membres adhérents actifs.

Ce Conseil a un mandat de trois ans, de Mars 2017 à Septembre 2020.

Au nom des membres du Conseil sortant, Ligpouvwa Fanm souhaite tout le succès possible aux membres de ce nouveau Conseil durant leur mandat.

Posted by: | Posted on: January 25, 2017

26 OCTOBRE 2016/ BILAN DES 20 ANS D’EXISTENCE DE LIPOUFANM

BILAN DES 20 ANS D’EXISTENCE DE LIG POUVWA FANM/RECOMMANDATIONS
En guise de célébration de nos vingt ans d’existence, nous prenons plaisir à partager ce bilan avec toutes celles et tous ceux qui ont toujours supporté la mission de LIPOUFANM.
8 mars 1996, Ce fut l’introduction du projet de former une organisation en vue de mettre en application l’un des douze points de la plate forme de Beijing lors de la conférence internationale des femmes du 15 Septembre au 30 Septembre 1995 à Beijing, Chine.
Ce point important pour la délégation des organisations de femmes haïtiennes de New York, Boston, Miami et Chicago revêt d’une importance capitale à savoir :
Renforcer la participation des femmes dans les postes de leadership et les postes électifs.
Le constat majeur des femmes en postes de décision révèle une certaine faiblesse au niveau de la gouvernance étatique. De ce fait, deux membres important ont pris l’initiative de lancer une réflexion profonde à partir de leurs expériences. Suite à ce constat, l’idée de former une organisation a vu le jour à travers des consultations de différentes associations de femmes dans le but de sensibiliser, de former, partager leur expérience et mettre leur connaissance à l’intention des femmes qui veulent briguer un poste électif ou un poste de responsabilité.
Les voix des femmes ne sont pas entendues, voire écoutées, et elles ne peuvent faire valoir leurs revendications. Ceci était évident lors de l’élaboration de notre Constitution en 1987, à laquelle ne participaient que deux femmes sur cinquante constituants!
Ce contexte de participation insignifiante des femmes à l’intérieur de la sphère politique est le point de départ de la mission de LIPOUFANM, organisation non partisane et à but non lucratif, qui est de:
1) travailler pour une meilleure participation de nos femmes au niveau décisionnel, laquelle participation servira la cause des femmes dans tous les domaines en plus d’être conforme aux recommandations de la plate-forme de la conférence internationale de Beijing en Septembre 1995.
2) assurer aux femmes l’égalité d’accès et la pleine participation aux structures du pouvoir et à la prise de décisions dans les sphères du pouvoir central et local tant dans les zones rurales que dans les zones urbaines.
3) développer l’éducation et la formation des filles et des femmes afin d’accroitre la capacité des femmes à accéder aux postes décisionnels dans le pays.
4) entreprendre et favoriser toutes les activités visant à aider toutes les catégories de femmes à exercer leur droit civil et politique.

Les sous-objectifs :
-continuer à former nos écolières du secondaire, nos femmes de demain, afin qu’elles acquièrent une meilleure connaissance de la situation générale de la femme haïtienne et une claire vision de leurs droits et de leurs devoirs de citoyennes, afin qu’elles deviennent les leaders de demain.
-sensibiliser les écoliers au fait que les filles et les femmes de notre pays sont reléguées à une condition inférieure par rapport aux hommes et envisager ensemble comment remédier à cette situation. intolérable.
– former des femmes sans distinction de classe, d’appartenance politique, de nuance épidermique, ou autre, afin qu’elles aient une pleine conscience de la situation socio-économique et politique des femmes et qu’elles soient éventuellement capables de briguer un poste de décision ou un poste électif.
-STRATÉGIE ET MISE EN ŒUVRE
Pour permettre aux participantes de bien comprendre la lutte des femmes, tous nos séminaires au cours de la période se sont déroulés autour de la date du 8 mars, journée internationale des femmes, une date historique qui a marqué la lutte des femmes à travers le monde.
En ce qui concerne les écoliers et écolières nous avons fait choix des lycées, seules écoles secondaires publiques. A Port-au-Prince, nous avons rencontré les directeurs ou responsables du lycée Firmin, dont la classe de Philo est mixte, du lycée des Jeunes Filles, du lycée Marie-Jeanne et du lycée Pétion afin de les sensibiliser à la situation des femmes haïtiennes concernant leurs droits et devoirs. Assurer aux femmes l’égalité d’accès et la pleine participation aux structures du pouvoir et à la prise de décisions dans les sphères du pouvoir central et local tant dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Développer l’éducation et la formation des filles et des femmes.
Les objectifs poursuivis par LIPOUFANM durant ces 20 ans d’existence n’ont pas été totalement atteints. Au niveau personnel, nous pouvons dire haut et fort que toutes celles qui ont suivi nos formations ont acquis une connaissance leur permettant de briller au niveau familial, professionnel et communautaire. Jusqu’à date les femmes qui ont opté pour les postes électifs nous confient que le système de gouvernance actuel ne répond pas aux normes démocratiques permettant aux femmes de se faire élire. A ce point de vue, pour LIPOUFANM, nous pouvons dire que nos objectifs n’ont pas été atteints. Ce qui nous pousse à réviser notre position sur l’état de la démocratie en Haïti.
Après plusieurs réflexions, LIPOUFANM conclut que le système actuel de gouvernance ne correspond pas aux luttes menées par les femmes haïtiennes pour le renversement du système dictatorial en février 1986. Après 1986, elles ont lutté pour un changement réel pour la démocratie.
L’organisation constate que trente ans après, le pays n’a aucun système de gouvernance, c’est l’anarchie qui s’impose comme mode de gouvernance. Selon LIPOUFANM, pour que les femmes haïtiennes puissent participer et faire valoir leur présence aux postes de décision, il faut un Etat de droit à travers une réforme globale de toutes les institutions étatiques et à cet effet, LIPOUFANM recommande à la nouvelle équipe au pouvoir de donner priorité à la réforme immédiate de l’État Haïtien.
Le nouveau Chef de l’État doit convoquer sans délai une Assemblée Constituante dont la mission sera de réviser/ou d’amender la Constitution, ou d’établir une nouvelle constitution. Cette Assemblée constituante sera composée de membres choisis (es)par chaque département pour les représenter d’une façon équitable.
L’Assemblée Constituante, composée de cinquante (50) membres doit conclure et publier ses travaux sur la nouvelle Constitution. Les points suivants sont à considérer :
-Nécessité de rendre fonctionnelles et effectives les Collectivités Territoriales.
-Choix du lieu de la Nouvelle Capitale Administrative d’Haïti. Nous recommanderions Marchand Dessalines comme la Nouvelle Capitale de la gouvernance étatique.
-Nécessité de changer la date d’investiture du Président Elu. La date du 7 février étant considérée comme une date partisane, nous recommanderions d’adopter le 2 janvier, qui est aussi le Jour des Aïeux, comme la nouvelle date d’investiture.
-Nécessité de résoudre d’une façon définitive le problème des Haïtiens vivant à l’étranger, qui ont acquis, pour des raisons pratiques, la nationalité de leur pays d’accueil, tout en tenant compte du besoin d’attirer les ressources de la diaspora vers la Mère-Patrie. Nous recommanderions que la Nouvelle Constitution stipule : La nationalité Haïtienne acquise par le jus sanguine, ou le jus soli, ne peut pas se perdre. En d’autres termes, au regard de la loi haïtienne, l’Haïtien née Haïtien le demeure toute sa vie.
-Nécessité de restreindre le Parlement à une seule branche, éliminant le Sénat. Le pays ne peut pas se payer le luxe d’un parlement bicéphale à cause de ses limitations financières.
-Nécessité de définir les attributions de l’Assemblée Constituante et de limiter la durée de son mandat. (5 membres par département). Outre sa mission de réviser et d’amender la Constitution, l’Assemblée Constituante, au terme de ses travaux, se transformera en un Conseil Constitutionnel, qui aura pour tâche de veiller à l’application stricte et au respect de la Constitution. Le Conseil devra élire un de ses membres comme son président.
1.- La Constitution doit être révisée avec l’idée de remettre le centre du pouvoir de décision aux collectivités territoriales.
2.- Le territoire sera divisé en départements, communes et sections communales.
3.- Chaque département aura à sa tête un Gouverneur élu assisté d’un gouverneur adjoint élu. Les gouverneurs (es) sont assistés (es) d’une équipe technique de travail au niveau départemental.
4.- Chaque commune aura à sa tête un Magistrat élu, assisté d’une équipe technique de travail.
5.- Chaque section communale aura à sa tête un Magistrat adjoint élu, assisté d’une équipe technique.
6.- Le Pouvoir Exécutif est exercé par:
a) Le Président de la République, remplissant le rôle de Chef de l’Etat, élu au suffrage universel direct.
b) Les membres du Gouvernement exécutif sont nommés par le Président et ratifiés par la chambre des communes, remplissant le rôle de conseillers d’Etat, responsable des institutions étatiques au niveau fédéral.
7.- Le Conseil des Gouverneurs sera assisté par des Conseillers techniques, responsables des institutions étatiques nationales. Ceux-ci seront nommés par le Gouverneur respectif de chaque département.
Les conseillers d’état départementaux auront pour attributions de veiller à l’exécution des décisions prises par le Conseil des Gouverneurs (Un Gouverneur par Département).
8.-Un Magistrat par Commune assisté par une équipe technique
9.-Un Magistrat adjoint par section communale assisté par une équipe technique
10.- Le POUVOIR LEGISLATIF est exercé par la Chambre des Communes. Le Sénat sera supprimé, ainsi que les Délégués Départementaux, les ASEC ET LES CASEC
11.- LE POUVOIR JUDICIAIRE doit être reformé complètement. Les Juges doivent être élus ( es )
12.-Considérant notre situation financière, il est recommandé de fixer le nombre de parti politique à prendre part aux élections. (Primaires et une élection générale).
13.- La Commission Électorale Permanente doit être indépendante des trois pouvoirs, et les membres doivent être choisis (es) pour chacun des départements (critères de choix basés sur des références solides)
14.- La Constitution doit être amendée pour rendre éligible à des postes étatiques tout individu d’origine haïtienne, qui le désire et qui possède, ou qui a recouvré la nationalité haïtienne. Ainsi l’article excluant les Haïtiens qui ont préalablement renoncé à la nationalité haïtienne doit être amendé. En résumé, nos propositions garantissent le respect des trois principes suivants :
*Une constitution adaptée à la réalité du pays.
* Un État-Nation au service des collectivités territoriales.
* Un système de gouvernance axé sur la décentralisation et correspondant à nos moyens financiers.

Après vingt ans sur le terrain, nous constatons que le système de gouvernance actuel ne garantit pas la participation pleine et entière des femmes aux postes de leadership du pays. Lig Pouvwa Fanm ne veut plus continuer à supporter ce système moribond qui n’a rien à voir avec la démocratie. Elle pense que tous les secteurs vitaux et actifs de la société doivent dire non à cette faillite totale du pays. Nous pouvons dire haut et fort qu’au niveau individuel toutes celles qui ont pris part à nos activités de formation sont pleinement satisfaites. Cependant, quant à l’accession aux postes électifs c’est l’échec total. Nous rejetons totalement à tous les niveaux la gestion de la République de Port-au-Prince, nous disons oui à l’autonomie pleine et entière des Départements.
HOMMAGE A MIREILLE ANGLADE, MEMBRE FONDATRICE DE LIPOUFANM
Fait à Port-au-Prince, le 26 Octobre 2016

Posted by: | Posted on: December 21, 2016

Décès

Lig Pouvwa Fanm annonce le décès de Mme Marie Claudette A. Joseph le mardi 20 Décembre 2016 à l’hopital de Boston/USA à la suite d’une longue maladie stoiquement endurée.
Ex-Juge d’instruction de la ville des Cayes, militante des droits de la femme, membre fondatrice et conseillère juridique de LIPOUFANM; elle laisse le souvenir d’une personne intègre et toujours disponible à aider.

QUE LA LUMIERE DIVINE L’ACCOMPAGNE DANS SA DEMEURE FINALE.

Paix à son âme

Posted by: | Posted on: March 6, 2016

8 mars journée internationale de la femme

Aux amies et amis de LIPOUFANM
A l’occasion du 8 mars qui est la journée internationale de la femme , LIG POUVWA FANM voudrait partager encore une fois avec nos lectrices et lecteurs l’historique de cette journée.

8 MAS JOUNEN ENTÈNASYONAL FANM

Nan okazyon 8 mas jounen entènasyonal fanm yo, LIG POUVWA FANM
Ap voye yon gwo kokenn kout chapo bay tout fanm a la ron badè.
Kelkeswa rich .ou pòv, blan, ou negrès. Nou tout se fanm, nou tout se moun.
Espesyalman tout òganisasyon fanm kap batay kont vyolans, kont
Enjistis, imilyasyon e tout fòm diskriminasyon nap di yo kenbe fèm
e nan gwo jou sa nap swete ke tout fanm k ap goumen pou yon
demen miyò kapab rive voye tout pitit yo lekol pou resevwa bon jan
edikasyon ak swen sante kòm sa dwa.

Notre devise: konesans se pouvwa, Pouvwa Fanm se fomasyon fanm (knowledge is power)
DEFENDRE LE DROIT DES FEMMES, C’EST DEFENDRE LE DROIT DES HUMAINS (FEMMES ET HOMMES)
QUI SONT POUR NOUS: DROIT A LA VIE, DROIT A L’EDUCATION, DROIT DE TRAVAILLER SANS CONTRAINTES, DROIT A L’HABITAT, DROIT A LA SANTE. Tous ces droits sont essentiels pour l’existence de tout être humain. 8 mars n’est pas une fête, les femmes qui luttent pour une société juste ne veulent pas de cadeaux, mais bien de droits concrets.

Chères sœurs, nous devons nous demander pourquoi il n’y a pas une seule femme élue au parlement. C’est le moment de questionner notre organisation qui s’est donné pour mission la formation des femmes en postes de décision,(l’un des 12 points de la plate forme de Beijing). C’est le moment aussi de questionner toutes les organisations de femme dans le pays.
C’est aussi le moment de questionner notre système de gouvernance. Avons-nous échoué ?
Au lieu du spectacle de discorde et des luttes de chapelle, donnons l’exemple de la solidarité entre les femmes et les organisations qui combattent pour la même cause. Soyons unies.

Nous vous invitons à prendre lecture de ce texte ci-dessous:

Les faits marquant la lutte des femmes dans le monde entier

8 mars 1910 date historique de la lutte des femmes en Europe. A la tête de ce mouvement figure l’Allemande Clara Zetkin. Et c’est à Copenhague qu’elle a proposé 8 mars comme Journée des Femmes.
8 mars 1944 les ouvrières russes ont manifesté contre la guerre. Ce mouvement a gagné les Etats-Unis pendant la guerre et les ouvrières américaines ont lutté pour la scolarisation des enfants.
En 1945, le préambule de la charte des Nations Unies réaffirme la foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes. Pendant la première session de l’assemblée Générale, tenue à San Francisco, les représentantes appellent à une attention particulière sur les questions concernant les femmes. Le conseil économique et social crée une sous-commission de la commission des droits de l’homme chargée de la condition de la femme.
1946 La Sous Commission des Nations Unies chargée de la condition de la femme devient une commission à part entière. Son mandat est de promouvoir les droits politiques, économiques et sociaux de femme.
1948 La déclaration universelle des droits de l’homme, à l’article 2 s’oppose à la discrimination a l’égard des femmes dans les termes suivants « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente déclaration, sans distinction aucune, notamment, de race, de couleur, de sexe…
1949 L’assemblée générale adopte la convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui.
1951 L’organisation internationale du travail adopte la convention concernant l’égalité de rémunération entre la main d’œuvre masculine et la main d’œuvre féminine pour un travail de valeur égale.
1952 La convention internationale sur les droits politiques des femmes est la première reconnaissance au niveau mondial de l’égalité des droits de vote. C’est le premier instrument de l’ONU dans lequel des Etats membres s’engagent à assumer ses obligations juridiques liées au principe d l’égalité des droits entre femmes et hommes.
1954 L’Assemblée générale reconnaît que la femme est soumise à des coutumes, anciennes lois et pratiques qui ne sont pas conformes aux principes énoncés dans la charte des Nations Unies et dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.
1955 Entrée en vigueur de la convention sur la protection de la maternité, adoptée sous l’égide de l’OIT.
1957 Adoption de la convention sur la nationalité de la femme mariée, qui reconnaît aux femmes le droit de conserver ou de changer leur nationalité quelles que soient les mesures prises par leur mari.
1960 Adoption de la convention de l’OIT concernant la discrimination en matière d’emploi et de profession. L’UNESCO adopte la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement.
1962 La convention sur le consentement au mariage, age minimum au mariage et enregistrement des mariages est adoptée afin que les législations nationales assurent des droits égaux aux deux époux.
1963 L’Assemblée générale reconnaît les dimensions des violations des droits de la femme et demande l’élaboration d’une déclaration sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.
1966 La commission de la condition des la femme présente a première version de la déclaration antidiscriminatoire. L’assemblée générale adopte le pacte international relatif aux droits civils et politiques (et le protocole sur l’abolition de la peine Capitale), ainsi que le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, qui demande une participation accrue des femmes a la vie publique, énonce que les femmes doivent recevoir la même rémunération que les hommes pour un même travail et avoir les mêmes possibilité de promotion.
1967 L’assemblée générale adopte la déclaration sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Considérant qu’il est nécessaire de faire reconnaître universellement, en droit et en fait, le principe de l’égalité des hommes et des femmes.
1970 L’Assemblée générale adopte sa première résolution invitant instamment l’ONU à assurer aux femmes des possibilités égales d’accès à des postes de Secrétariat.
8 mars 1975 L’ONU a finalement reconnu cette date comme la journée internationale de la femme et est célébrée dans le monde entier par des manifestations au niveau local, régional et international, les activités encouragent la reconnaissance de la contribution des femmes à la société et l’égalité des droits de l’homme et de la femme. La première conférence mondiale sur les femmes s’est tenue à Mexico. Le plan d’action final demande l’élaboration et adoption d’une convention internationale contre toutes les formes de discrimination fondée sur le sexe et recommande des procédures pour son application. L’assemblée générale proclame la première décennie des Nations Unies pour la femme (1975-1985) ouvre officiellement la voie a un large éventail d’initiatives visant à améliorer la condition de la femme.
1976 Un fonds de contribution volontaires est crée pour mettre des ressources financières à la disposition de projets de développement en faveur des femmes dans les pays en développement. L’assemblée générale crée aussi un Institut International de recherche et de formation pour la promotion de la femme, basé à Saint-Domingue, avec pour mission de renforcer la participation des femmes dans les sphères économique sociale et politique.
1979 L’assemble générale adopte la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, aux fins de laquelle la discrimination à l’égard des femmes vise toute distinction fondée sur le sexe qui pour effet de compromettre la jouissance ou l’égalité par les femmes, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, des droits de l’homme et libertés fondamentales.
1980 La deuxième conférence mondiale s’est tenue à Copenhague, en vue d’examiner les progrès réalisés au cours de la première moitié da la décennie pour la femme. Elle adopte un programme d’action.
1981 La convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes entre en vigueur, ayant et est ratifiée par 20 pays.
1985 la troisième conférence sur les femmes se tient à Nairobi à l’issue de la décennie des Nations Unies pour la femme. Les stratégies prospectives d’action de Nairobi lancent un appel pour l’accroissement de la participation des femmes, en tant partenaires sur un pied d’égalité avec les hommes, dans tous les domaines politiques, sociaux et économiques y compris leurs accès a l’éducation et a l’enseignement. Le fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la femme, devient un organe autonome et permanent, est rebaptisé fonds de développement des Nations Unies pour la femme. Il a pour objet de financer des activités de développement novatrices en faveur des femmes, en particulier dans les zones rurales.
1986 La première enquête mondiale sur le rôle des femmes dans le développement est publiée par l’ONU.
1988 Service de la promotion de la femme devient une division chargée de coordonner, dans le cadre de l’ONU, toutes les questions relatives aux femmes, la base de données d’indicateurs et de statistiques des Nations Unies, devient opérationnelle en tant que centre chargé de la compilation des statistiques sur les femmes dans le monde entier.
1990 La commission de la condition de la femme examine l’application des stratégies prospectives d’action de Nairobi et recommande de convoquer la quatrième Conférence mondiale sur les femmes.
1990 Le plan à moyen terme a l’échelle du système en ce qui concerne les femmes et le développement

1995 La quatrième conférence mondiale sur les femmes, examinera et discutera 12 questions primordiales et adoptera une plate forme d’action. Cette conférence mondiale s’est tenue à Beijing, en septembre 1995, doit fixer des objectifs qui vont au delà des besoins de base, en vue de satisfaire les besoins de la femme au niveau stratégique.- La pleine participation des femmes à la prise de décision politiques et économiques. Parmi les priorités, figure la considération de l’inégalité entre les sexes comme une question relevant du domaine des droits humains et l’intensification des efforts internationaux visant à éliminer toutes les formes de discrimination et la violence faite aux femmes. Les pays membres devront présenter une évaluation des objectifs de la plateforme d’action.

2005 Une autre décennie depuis l’adoption de la plateforme d’action. La question du jour est la femme et le pouvoir. Géraldine Ferrero, sénateure américaine a déclaré lors de la célébration de la journée Internationale de la femme a l’ONU « Ce qu’il nous faut, ce ne sont pas seulement quelques femmes qui laisseront leur nom dans l’histoire, mais de nombreuses femmes qui soient responsables au niveau de l’élaboration des politiques »
La sous-représentassions des femmes dans le processus d’élaboration des politiques a des conséquences importantes. Elle prive les femmes des droits et responsabilités qui sont les leurs en tant que citoyennes et fait que leurs points de vue de leurs intérêts ne sont pas pris en considération dans le cadre des processus de prise de décision et d’élaboration des politiques. Leurs voix ne font pas entendre lorsque des décisions essentielles sont prises pour établir le budget national ou fixer les priorités gouvernementales. Souvent, elles ne peuvent exposer leurs connaissances sur les questions et leurs points de vue, qui sont sous représentés, voir délibérément ignorés.

8 mars 2015 a marqué la 6ème conférence mondiale des femmes, tenue à New York: Autonomisation des femmes, autonomisation de l’humanité.

8 mars 2016. Sous le thème (Pour un monde 50-50 en 2030) Franchissons le pas pour l’égalité. Cette année la commission mettra l’accent sur la mise en œuvre des nouveaux objectifs de développement durable et des nouveaux engagements des gouvernements dans le cadre de l’initiative “franchissons le pas”

Texte préparé et rédigé par Lig Pouvwa Fanm
Port-au-Prince le 6 mars 2016.

Posted by: | Posted on: January 17, 2016

12 Janvier 2010-12 Janvier 2016

P2050762En ce jour du 12 Janvier 2016, nous avons une pensée spéciale pour Dr Mireille Anglade, qui était présidente de Lig Pouvwa Fanm quand elle disparut au cours du séisme.

Mireille Anglade donnait l’exemple d’une vraie féministe qui se plaçait au-dessus des querelles de chapelle. Elle a laissé l’un des meilleurs ouvrages sur la condition de la femme en Haiti, l’autre moitié du développement. Toute sa vie elle a oeuvré pour l’émancipation de la femme, tant dans les organisations communautaires que dans les forums universitaires.
18 Décembre 2009, après notre petite fête de fin d’année, avant de nous quitter, elle avait pris rendez-vous avec tous les membres de l’organisation à sa résidence privée pour fêter son anniversaire de naissance. Hellas, GOUDOUGOUDOU NOUS A SEPARE D’ELLE!!!

Paix à son åme!

P2050760DSC00149

Posted by: | Posted on: December 27, 2015

LIG POUVWA FANM VOUS SOUHAITE UNE EXCELLENTE ANNEE 2016

Lig Pouvwa Fanm tient à remercier ses membres pour leur support inconditionnel durant l’année 2015 et leur souhaite une heureuse année 2016.

PAIX, SANTÉ ET SUCCES CONTINU.WWWHAITI2

Posted by: | Posted on: March 7, 2015

Déclaration de Beijing lors de la quatrième conférence mondiale sur les femmes.

DROITS DES FEMMES = DROITS HUMAlNS. A l’occasion de la journée internationale des femmes,
LIG POUVWA FANM vous propose la lecture du document de la Conférence Internationale des femmes à Beijing. Ce document de référence vous aidera à méditer et évaluer ce qui a été accompli. Beijing 20 ans déjà!!!!

1. Nous, gouvernements participant à la quatrième Conférence mondiale sur les
femmes,
2. Réunis à Beijing en septembre 1995, année du cinquantième anniversaire de
la fondation de l’Organisation des Nations Unies,
3. Résolus à faire progresser les objectifs d’égalité, de développement et de
paix pour toutes les femmes dans le monde entier, dans l’intérêt de
l’humanité tout entière,
4. Prenant note de la voix de toutes les femmes dans le monde entier et tenant
compte de la diversité des femmes, de leurs rôles et de leurs conditions de
vie, rendant hommage aux femmes qui ont ouvert la voie, et inspirés par
l’espérance incarnée dans les jeunes du monde entier,
5. Constatons que la condition de la femme s’est améliorée dans certains
domaines importants au cours de la dernière décennie mais que les progrès
ont été inégaux, que les inégalités entre hommes et femmes persistent et
que d’importants obstacles subsistent, ce qui a de graves conséquences pour
le bien-être de l’humanité tout entière,
6. Constatons également que cette situation est exacerbée par l’accroissement
de la pauvreté qui affecte la vie de la plus grande partie de la population
mondiale, en particulier des femmes et des enfants, et dont les origines
sont d’ordre tant national qu’international,
7. Nous consacrons sans réserve à l’élimination de ces contraintes et
obstacles afin de promouvoir encore le progrès et l’accroissement du
pouvoir d’action des femmes dans le monde entier, et convenons que cela
exige que des mesures soient prises d’urgence dans un esprit de
détermination, d’espoir de coopération et de solidarité qui nous portera
dans le siècle prochain.
Nous réaffirmons notre engagement de :
8. Réaliser l’égalité des droits et la dignité intrinsèque des hommes et des
femmes et atteindre les autres objectifs et adhérer aux principes consacrés
dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de
l’homme et les autres instruments internationaux relatifs aux droits de
l’homme, en particulier la Convention sur l’élimination de toutes les
formes de discrimination à l’égard des femmes et la Convention relative aux
droits de l’enfant ainsi que la Déclaration sur l’élimination de la
violence à l’égard des femmes et la Déclaration sur le droit au
développement;
9. Garantir la pleine réalisation des droits fondamentaux des femmes
et des petites filles, en tant que partie inaliénable, intégrante et
indivisible de tous les droits de la personne humaine et de toutes les
libertés fondamentales;
10. Faire fond sur le consensus et les progrès réalisés lors des conférences et
sommets précédents des Nations Unies consacrés aux femmes (Nairobi, 1985),
aux enfants (New York, 1990), à l’environnement et au développement
(Rio de Janeiro, 1992), aux droits de l’homme (Vienne, 1993), à la
– 2 –
population et au développement (Le Caire, 1994) et au développement social
(Copenhague, 1995), en vue d’assurer l’égalité, le développement et la
paix;
11. Appliquer pleinement et efficacement les Stratégies prospectives d’action
de Nairobi pour la promotion de la femme;
12. Assurer le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur promotion,
y compris le droit à la liberté de pensée, de conscience, de religion et de
conviction, contribuant ainsi à répondre aux besoins moraux, éthiques,
spirituels et intellectuels des hommes et des femmes, et aux niveaux
individuel et collectif, leur garantissant ainsi la possibilité de réaliser
pleinement leur potentiel au sein de la société et de régler leur vie selon
leurs aspirations.
Nous sommes convaincus que :
13. Le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation
sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux
prises de décisions et leur accès au pouvoir, sont des conditions
essentielles à l’égalité, au développement et à la paix;
14. Les droits des femmes sont des droits fondamentaux de la personne;
15. L’égalité des droits, des chances et de l’accès aux ressources, le partage
égal des responsabilités familiales et un partenariat harmonieux entre les
femmes et les hommes sont essentiels à leur bien-être et à celui de leurs
familles ainsi qu’à l’affermissement de la démocratie;
16. La participation des femmes au développement économique et social,
l’égalité des chances et la pleine participation, sur un pied d’égalité,
des femmes et des hommes, en tant qu’agents et bénéficiaires d’un
développement durable au service de l’individu sont des conditions
essentielles à l’élimination de la pauvreté au moyen d’une croissance
économique soutenue, du développement social, de la protection de
l’environnement et de la justice sociale;
17. La reconnaissance et la réaffirmation expresses du droit de toutes les
femmes à la maîtrise de tous les aspects de leur santé, en particulier leur
fécondité, sont un élément essentiel du renforcement de leur pouvoir
d’action;
18. L’instauration de la paix, aux niveaux local, national, régional et
mondial, est possible et elle est indissociable de la promotion des femmes,
car celles-ci sont un moteur essentiel des initiatives, du règlement des
conflits et de la promotion d’une paix durable à tous les niveaux;
19. Il est essentiel d’élaborer, de mettre en oeuvre et de surveiller, à tous
les niveaux, avec la pleine participation des femmes, des politiques et
programmes, y compris des politiques et des programmes de développement,
qui soient égalitaires, efficaces, efficients et synergiques et qui
puissent favoriser le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leurs
promotion;
20. La participation et la contribution de tous les protagonistes de la société
civile, en particulier les groupes et réseaux de femmes et les autres
organisations non gouvernementales et organisations communautaires, dans le
strict respect de leur autonomie, en coopération avec les gouvernements,
– 3 –
revêtent une grande importance pour l’application et le suivi effectifs du
Programme d’action;
21. La mise en oeuvre du Programme d’action exige l’engagement des
gouvernements et de la communauté internationale. En prenant des
engagements, aux niveaux national et international, y compris lors de la
Conférence, les gouvernements et la communauté internationale reconnaissent
la nécessité d’agir immédiatement pour donner plus de pouvoir aux femmes et
assurer leur promotion.
Nous sommes résolus à :
22. Redoubler d’efforts et multiplier les actions visant à atteindre d’ici la
fin du siècle les objectifs des Stratégies prospectives d’action de Nairobi
pour la promotion de la femme;
23. Veiller à ce que les femmes et les petites filles jouissent pleinement de
tous les droits de la personne humaine et de toutes les libertés
fondamentales, et prendre des mesures efficaces contre les violations de
ces droits et libertés;
24. Prendre toutes les mesures voulues pour éliminer toutes les formes de
discrimination à l’égard des femmes et des petites filles ainsi que les
obstacles à l’égalité des sexes et à la promotion des femmes et du
renforcement de leur pouvoir d’action;
25. Encourager les hommes à participer pleinement à toute action favorisant
l’égalité;
26. Promouvoir l’indépendance économique des femmes, notamment par l’emploi, et
éliminer le fardeau de plus en plus lourd que la pauvreté continue de faire
peser sur les femmes, en s’attaquant aux causes structurelles de la
pauvreté par des changements de structures économiques assurant à toutes
les femmes, notamment aux rurales, l’égalité d’accès, en tant qu’agents
essentiels du développement, aux ressources productives, aux possibilités
de promotion et aux services publics;
27. Promouvoir un développement durable au service de l’individu, notamment une
croissance économique soutenue, en développant l’éducation de base,
l’éducation permanente, l’alphabétisation et la formation ainsi que les
soins de santé primaires à l’intention des femmes et des petites filles;
28. Prendre des mesures concrètes en faveur de la paix pour la promotion de la
femme et, tenant compte du rôle de premier plan des femmes dans le
mouvement pacifiste, oeuvrer activement à la réalisation d’un désarmement
général et complet, sous un contrôle international rigoureux et efficace,
et appuyer les négociations en vue de la conclusion immédiate d’un traité
universel et effectivement vérifiable au plan multilatéral d’interdiction
complète des essais nucléaires qui favorisera le désarmement nucléaire et
la prévention de la prolifération des armes nucléaires sous tous ses
aspects;
29. Prévenir et éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et
des filles;
30. Assurer l’égalité d’accès à l’éducation et aux soins de santé, ainsi qu’un
traitement égal des femmes et des hommes, et améliorer la santé en matière
de sexualité et de procréation ainsi que l’éducation des femmes;
– 4 –
31. Promouvoir et protéger tous les droits fondamentaux des femmes et des
filles;
32. Redoubler d’efforts pour que toutes les femmes et les filles que de
multiples obstacles, tenant à des facteurs tels que race, âge, langue,
origine ethnique, culture, religion, incapacités ou appartenance à une
population autochtone, privent de tout pouvoir et de toute possibilité de
progrès puissent jouir à égalité de tous les droits de la personne humaine
et de toutes les libertés fondamentales;
33. Faire respecter le droit international, notamment le droit humanitaire,
afin de protéger les femmes et les petites filles en particulier;
34. Créer les conditions qui permettent aux petites filles et aux femmes de
tous âges de réaliser tout leur potentiel, veiller à ce qu’elles
participent pleinement et à égalité à l’édification d’un monde meilleur
pour tous et leur confier un rôle accru dans le processus de développement.
Nous sommes résolus à :
35. Assurer l’accès des femmes, dans des conditions d’égalité, aux ressources
économiques, notamment à la terre, au crédit, à la science et à la
technique, à la formation professionnelle, à l’information, à la
communication et aux marchés, en tant que moyen de favoriser la promotion
des femmes et des filles et le renforcement de leur pouvoir d’action,
y compris en leur donnant les moyens de tirer parti de ces ressources,
notamment grâce à la coopération internationale;
36. Assurer le succès du Programme d’action, ce qui exigera une volonté résolue
des gouvernements, des organisations internationales et des institutions à
tous les niveaux. Nous sommes profondément convaincus que le développement
économique, le développement social et la protection de l’environnement
sont des éléments interdépendants et synergiques du développement durable,
dans lequel s’inscrivent nos efforts visant à améliorer la qualité de vie
pour tous. Un développement social équitable, qui permette aux pauvres, en
particulier aux femmes vivant dans la pauvreté, d’utiliser de manière
viable les ressources naturelles, est une assise nécessaire pour le
développement durable. Nous reconnaissons également qu’une croissance
économique large et soutenue, dans le contexte du développement durable,
est nécessaire pour étayer le développement social et la justice sociale.
La réussite du Programme d’action exigera également la mobilisation de
ressources suffisantes, aux échelons national et international, ainsi que
l’affectation aux pays en développement par tous les mécanismes de
financement existants, tant multilatéraux que bilatéraux et privés, de
ressources nouvelles et additionnelles pour la promotion de la femme; des
financements pour renforcer la capacité des institutions nationales,
sous-régionales, régionales et internationales; un engagement en faveur de
l’égalité des droits, de l’égalité des responsabilités, de l’égalité des
chances et de la participation égale des femmes et des hommes à tous les
organismes et à tous les processus de prise de décisions nationaux,
régionaux et internationaux; la création ou le renforcement, à tous les
niveaux, de mécanismes de vigilance responsables devant toutes les femmes
dans le monde entier;
37. Assurer également le succès du Programme d’action dans les pays en
transition; à cet effet, la coopération et l’assistance internationales
resteront nécessaires;
– 5 –
38. En tant que gouvernements, nous adoptons le Programme d’action énoncé
ci-après et nous nous engageons à le traduire dans les faits, en veillant à
ce que le souci d’équité entre les sexes imprègne toutes nos politiques et
tous nos programmes. Nous demandons instamment aux organismes des
Nations Unies, aux institutions financières régionales et internationales,
aux autres institutions régionales et internationales compétentes et à tous